Empreinte écologique (EE) et biocapacité (BC) de la Wallonie

L’empreinte écologique informe de façon synthétique sur certaines pressions exercées sur le capital naturel par un individu ou un groupe en fonction de son mode de consommation et de production. Cet indicateur est souvent utilisé comme outil de communication pour sensibiliser l’opinion publique à la pression exercée par nos modes de vie sur l’environnement.

L'empreinte écologique et la biocapacité ont été conçues par Mathis Wackernagel et William Rees en 1996 (Université de Colombie-Britannique de Vancouver au Canada).

Empreinte écologique (EE) de la consommation de la Wallonie par type de surfaces (GFN2012) (gha/ha)



20022003200420052006200720082009201020112012
WallonieEmpreinte carbone2,162,232,111,921,971,791,851,772,111,891,80
WallonieTerres cultivées1,161,121,251,141,181,191,181,251,191,321,26
WalloniePâturages0,660,720,740,740,800,780,790,750,680,750,71
WallonieForêts0,470,560,330,330,460,480,470,500,510,590,54
WallonieTerrains bâtis0,410,410,450,420,410,420,450,490,450,500,48
WallonieSurfaces de pêche0,100,120,130,120,110,100,100,110,110,110,09

Indicateur : Empreinte écologique (EE) de la consommation de la Wallonie par type de surfaces (GFN2012)

Unité : gha/ha

Source(s) : ICEDD, SPW - DGO4 (ancrage communal), SPF économie - DG Statistique/Statistics Belgium, FAOSTAT, FAO FishSTAT, EUROSTAT, FICOW, SPF Finances, BNB (CCP), GFN, AwAC, Registre national
Calculs: EcoRes, Ecolife, ICEDD

Période(s) : 2002, 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012

Définition : L'EE fait la somme de surfaces distinctes (mutuellement exclusives ), fournissant des ressources renouvelables et assimilant des déchets, qui sont requises pour satisfaire la demande d’une population (Wackernagel et al. 2005. p7).

Schématiquement, les quantités de biens et services consommés sont transformées en surfaces (ha) regroupées par grandes catégories de terres (les terres cultivées, les pâturages, les zones de pêche, les forêts, les sols construits et artificialisés, les terres pour la captation du CO2) à l’aide de facteurs de rendements , puis en hectares globaux après multiplication par des facteurs d’équivalence.

L'EE globale est la somme des empreintes par catégories de terres.

*Afin d'éviter les doubles comptages, chaque surface n'est comptabilisée qu'une seule fois, pour son usage principal, même si cette surface fournit en réalité plusieurs services écologiques.
**Les facteurs de rendement traduisent la productivité, ou la quantité de matière biologique par hectare, des terres du pays ou de la région étudiée.
***Les facteurs d’équivalence expriment le rapport entre la productivité d’un type de surface d’un pays ou d’une région et la productivité moyenne mondiale.